Candidature JMZ

Jean-Michel Zabinski mènera une liste aux municipales :photo-candidature-JMZ

 Il a tiré la leçon de 2008. « J’avais mené la liste mais on s’y est pris six mois avant…», explique Jean-Michel Zabinski. Pour les prochaines élections municipales, la tête de liste du Rassemblement Flinois a décidé de se déclarer très tôt.Histoire de bien caler les choses. Car celui qui se revendique « sans étiquette » ne veut rien laisser au hasard, pas même la date qu’il avait initialement retenue pour officialiser sa candidature, le 18 juin : « Quelle date ! Le symbole de rassemblement, d’espoir, de courage mais aussi de victoire ». La formule est de Martial Vandewoestyne, qui lui apporte son soutien dans le cadre de l’Alliance pour le Douaisis, l’association dont le but est de fédérer les énergies, à droite, dans la perspective des prochaines échéances électorales. Mais le candidat ne veut pas entendre parler de politique : « Aucun parti ne nous sponsorise. Ce que nous voulons, c’est tourner la page de 40 ans de communisme ».

Agir contre le « gâchis »

Pour servir son ambition de « voir évoluer Flines en dehors de toute idéologie politique », Jean-Michel Zabinski a choisi « de travailler avec tout le monde, y compris des gens qui ont voté Hollande », comme on en trouve, assure le candidat, au sein de l’association qu’il a créée il y a six ans et qui réunit près de 70 adhérents. Les Amis du rassemblement flinois a son site internet et est à l’origine d’initiatives comme la cérémonie d’accueil des nouveaux arrivants. « Une idée reprise par la municipalité », signale en souriant le conseiller municipal d’opposition.

Élu depuis plus de 20 ans, investi de longue date dans la vie associative locale, Jean-Michel Zabinski, 52 ans, connaît bien la commune où il a élevé ses deux filles. « Il y a encore quelques années, Flines était une ville florissante. Les nombreux commerçants et artisans étaient prospères… », constate celui qui déplore le « gâchis » actuel, alors que « nous avions du potentiel ». C’est la raison pour laquelle le candidat a mis en place des groupes de travail, pilotés entre autres par Christian Coulon pour la politique de la ville, Noellie Rapisarda pour les jeunes et les personnes âgées ou Édouard Caudrelier pour la gestion financière.

« Une commune doit se gérer comme une entreprise, estime le candidat, lui-même chef d’entreprise. Il n’est pas question, comme la municipalité actuelle, d’augmenter les impôts ou de supprimer les aides, il faut simplement être rigoureux dans la gestion et savoir où l’on va. » L’exemple : l’école Gérard-Philipe, dont la commune a inscrit au budget 2012 la reconstruction (notre édition d’hier). « Elle ne date que des années 1970 ! Une école n’est pas hors d’usage au bout de 40 ans. Il aurait fallu y investir plus régulièrement. »
S’il se laisse encore du temps pour peaufiner son programme, Jean-Michel Zabinski sait déjà dans quelles directions l’orienter. « Il faut faire du social, mais pas seulement. Il y a trop de projets de logements sociaux : on doit réduire le social par le développement économique ».

N.L.

Article paru dans la Voix du Nord 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15

Hit Counter provided by technology news