La Poste veut faire évoluer en profondeur les missions des facteurs

Confrontée à une baisse historique – et certainement inéluctable – du volume de courrier distribué, La Poste a décidé de changer de modèle stratégique, a révélé hier son PDG Philippe Wahl.

Le développement des mails, SMS et autres moyens de communication numériques – y compris les MMS qui remplacent aujourd’hui en grande partie les traditionnelles cartes postales – prive La Poste d’une part croissante d’activité : le volume de courrier papier baisse de 5% par an actuellement, et la baisse devrait s’aggraver, à -6% par an jusqu’en 2020 au moins. Parallèlement, la fréquentation des bureaux de Poste baisse d’environ 1% par an.

Face à cette situation, La Poste mise pour l’instant sur deux activités pour ne pas perdre pied : la distribution de colis, qui explose avec le développement du commerce en ligne, et l’activité bancaire. Sauf que dans les deux cas – et contrairement, pour l’instant, au courrier papier – la concurrence est rude. Philippe Wahl a donc donné hier d’autres « priorités », dont « la modernisation des missions de service public » du groupe, tout en maintenant les 17 000 points de contacts existant actuellement. Cette stratégie va d’ailleurs dans le sens du contrat de présence postale territoriale pour 2014-2016, signé le 16 janvier dernier entre l’Etat, La Poste et l’Association des maires de France (lire Maire info du 16 janvier), qui privilégie le maintien de la présence « physique » de La Poste, en cherchant à multiplier les démarches de mutualisation. Cette même démarche de mutualisation a été encouragée par le président de la République en début d’année, comme une piste permettant la modernisation des services publics. François Hollande avait souhaité que des maisons du service public voient le jour, hébergeant à la fois La Poste mais également l’Assurance maladie, les centres des impôts, les services de Pôle emploi, etc.

Dans la stratégie présentée hier par Philippe Wahl, on trouve également une redéfinition totale du métier de facteur. Partant de l’idée que ces salariés existent et que La Poste ne saurait envisager de les licencier, le PDG du groupe souhaite voir leur activité évoluer vers les services à la personne, en particulier vers les personnes âgées isolées. Visites, transport de médicaments, sont des pistes possibles. Certaines collectivités ont d’ailleurs déjà signé des partenariats avec La Poste pour que le facteur fasse le lien entre la médiathèque et les personnes âgées qui ne peuvent plus se déplacer pour emprunter de livres ou de DVD.

Mais d’autres pistes sont envisagées, qui transformeraient le facteur en une sorte « d’homme à tout faire » en milieu rural : prise de photographies, pour les assurances, collecte du papier pour le recyclage voire… aide au diagnostic thermique des logements.
Il n’est pas certain, cependant, que ces évolutions soient du goût des facteurs ni de leurs représentants syndicaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15

Hit Counter provided by technology news